Le média de la transformation digitale

La data visualisation au service des entreprises

Comment montrer les données pour les rendre intelligibles, attractives et utiles ? C’est l’enjeu de la data visualisation, ou dataviz. Quand le Big Data sert aussi aux entreprises pour mieux communiquer et jouer la carte de la transparence.

Une image vaut parfois mieux qu’un long discours. Ainsi, une visualisation intelligente et utilisable des données représente un facteur clé dans le déploiement du Big Data par les entreprises. La data visualisation, c’est l’art d’exposer des informations brutes de façon graphique. Une expertise qui va de pair avec les techniques d’exploitation des données. Car face à un nuage de chiffres, de statistiques, de pourcentages, en permanence renouvelés, le consommateur, comme le décideur, n’a pas la possibilité de comprendre ce qu’on lui expose. L’exploitation et l’analyse des données permettent de révéler leur jardin secret. Leur mise en forme permet de leur donner du sens et de les utiliser. Un atout majeur à exploiter. Car si le Big Data va révolutionner les modèles économiques des entreprises et modifier leurs offres et leurs services, il s’avère aussi très utile en matière de communication auprès des clients et prospects. Surtout face à un citoyen de plus en plus éclairé, qui réclame de la transparence de la part des entreprises.

Rendre les données accessibles

Dans le secteur de la banque et d’assurance, qui souffrent parfois d’un déficit d’image auprès du grand public, la data visualisation permettrait, par exemple, de mieux expliquer leur métier, leurs offres et leurs services et éviter que le consommateur ne choisissent uniquement en fonction du prix, seul critère compréhensible. Encore faut-il que les données soient attractives, intelligibles et utiles.

Prenons l’exemple du « Store », concept d’agence bancaire innovante du Crédit Agricole dont le premier a été lancé en octobre 2012 à Grenoble par la direction Sud Rhône Alpes. L’objectif : que le client se balade dans cet espace ouvert de 1000 m2, un peu comme sur Internet, avec des tablettes et des bornes tactiles à sa disposition pour trouver toutes les informations dont il a besoin. Le Crédit Agricole est réputé pour ses innovations et fait partie des banques qui ont su prendre le virage du digital de manière créative. Il n’en demeure pas moins que les clients n’utilisent pas vraiment ces tablettes et bornes tactiles. Le parcours digital du client au sein de l’agence devient donc difficile à établir. L’une des explications tient à la présentation des données proposées. On retrouve sur tablettes ce que le site web propose, avec beaucoup de chiffres et de texte à lire. L’initiative mérite d’être soulignée et la volonté de proximité et de transparence reste indéniable. Mais à quoi bon mettre des tablettes en libre-service si elles ne sont pas utilisées ?

Rendre les données attractives

C’est là que la data visualisation entre en jeu et permet de donner à voir autrement des informations qu’une entreprise publie. Avec un seul objectif : permettre à l’utilisateur final de s’approprier les données. « Jusqu’à présent, il existait de nombreux gabarits fixes, que tout le monde connaît : des graphes, barres, camemberts, etc. Aujourd’hui, des logiciels permettent de créer n’importe quel gabarit avec n’importe quelle donnée et de manière dynamique. L’enjeu est de les mettre au service d’un maximum de personnes de façon simple et interactive », explique Alexandre Damiron, dirigeant de Caliente Raymond, agence digitale spécialisée dans la mobilité, la cartographie interactive et la data visualisation. L’entreprise a, par exemple, créé une carte interactive qui permet de connaître en un clic la répartition des subventions publiques aux associations sur l’ensemble de l’hexagone. « L’important est d’arriver à un maximum d’abstraction pour que chacun puisse s’approprier les données, jouer avec, comprendre leur utilité. Un assureur pourrait en effet expliquer le coût d’un risque de manière ludique, fournir la transparence sur ces tarifs en évitant d’être rébarbatif et faire comprendre qu’il dispose d’une expertise métier unique sans utiliser un langage technique », poursuit le chef d’entreprise.

Comme pour l’exploration du Big Data, le secteur de la visualisation des données entame sa mutation. « Les cartes sont actuellement rebattues. Ingénieurs et designers travaillent ensemble pour créer les graphismes les plus originaux et simples d’utilisation. Ma conviction est qu’il faut aussi faire du beau pour rendre les données attrayantes », insiste Alexandre Damiron. C’est le rôle du data designer, métier en pleine expansion. Le Big Data ne sert pas seulement à mieux connaître le profil et les attentes des consommateurs. Il représente aussi une opportunité pour mieux communiquer auprès d’eux. A condition de savoir manier l’art de la visualisation des données.

Laure Kepes

Messages connectés

1 Commentaire

  1. Pingback: La data visualisation au service des entreprise...

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *