Le média de la transformation digitale

80 milliards d’objets connectés… et moi, et moi, et moi

Ils seront entre 30, 80 ou 212 milliards d’ici à 2020, selon les sources. Alors, serons-nous envahis par ces « choses » qui bouleversent le modèle économique de beaucoup d’entreprises ?

Imaginez un monde où votre montre pourrait analyser votre cycle de sommeil, où votre voiture se conduirait toute seule, où votre fourchette vibrerait en cas de fringale trop rapide,  où votre déodorant vous permettrait de sentir toujours bon, où votre téléphone commanderait votre maison…. Il y a dix ans, ce scénario aurait peut-être paru farfelu ou bon pour un film d’anticipation. Aujourd’hui, les objets connectés sont partout. Dans notre vie quotidienne, mais aussi dans les villes et les bâtiments, pour rendre notre environnement plus « intelligent ». Le monde de l’IoT, de l’« Internet of Things », a émergé pour se développer de manière exponentielle. Des sites web dédiés sont apparus, des médias spécialisés sont nés, des observatoires se sont créés et les études sur ces drôles de choses se multiplient. Mais personne ne s’accorde sur les chiffres.

La bataille des milliards

Selon l’Idate, cabinet spécialisé dans le suivi des marchés des télécoms, d’Internet et des médias, il existerait déjà 15 milliards d’IoT contre 4 milliards en 2010. Deux fois plus que la population mondiale… Et les chiffres pour 2020 varient entre 30 milliards selon le cabinet Gartner, 80 milliards d’après l’Idate, ou 212 milliards selon l’IDC ! 85% seront connectés directement à Internet ou via un terminal (ordinateur, tablette ou smartphone), 11% à des terminaux, et seulement 4% communiqueront entre eux hors Internet, prédit l’Idate. Quant au chiffre d’affaires que générera ce nouvel eldorado, il varie de  1 380 milliards d’euros pour Gartner à 6 460 milliards pour IDC, qui voit toujours grand.

Des chiffres qui conduisent parfois à parler de ce phénomène comme d’un envahissement. Il y aurait une « déferlante », une « horde » une « cohorte », des « myriades » d’objets connectés, débarquant sur la planète Terre plus nombreux que ces habitants, prêts à prendre le contrôle sur leur vie. Mais qu’en disent les consommateurs ?

Séduits, pas convaincus

L’étude publiée en octobre dernier par l’Observatoire des objets connectés et réalisée par Harris Interactive et l’ebg montre que si 20% des Français se disent « intéressés » par la montre connectée (+4 points depuis janvier), les intentions d’achat restent très faibles, quels que soient les objets. Et les résultats sont partagés sur l’intérêt de ces objets connectés : 42% des Français interrogés pensent qu’ils amélioreront le quotidien, mais 64% estiment qu’il ne s’agit que de gadgets…
Un autre sondage réalisé en juin dernier par Presse-Citron & Clic and Walk auprès de 2252 personnes a révélé de son côté que si certains déclarent avoir peur des IoT (271) ou y être indifférents (306), la plupart (1188) « y voient un avantage pour automatiser des tâches pour se simplifier le quotidien et 487 personnes qui y voient une manière d’avoir plus d’infos sur eux-mêmes pour prendre les bonnes décisions », peut-on lire sur le site d’information dédié à l’économie numérique.

Pas encore mûr, le marché des objets connectés nourrit beaucoup de fantasmes, séduit tout autant qu’il inquiète. Sa croissance, quel que soit le chiffre, s’annonce élevée et porteuse d’innovations. Les données qu’ils permettent de collecter conduisent à transformer le business model de chacun. Mais selon le cabinet GfK , un tiers des utilisateurs actuels abandonnent leurs objets connectés au bout de 6 mois. Au final, ce sera toujours le consommateur qui décidera.

L.K

Messages connectés

2 Commentaires

  1. Pingback: Le quantified self, prochaine étape de l’assurance santé personnalisée ? - Digital Insurance

  2. Pingback: Top 10 des technologies pour 2015 selon Gartner

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *